1

LIVRE DISPO SUR :

Deux aviatrices sur les traces des pionniers de l’AEROPOSTALE Martine GAY 2007, 238 pages, format 15 x 24, 50 photos NB, 24 photos couleur, texte en français. « Le Toulouse Saint-Louis du Sénégal », véritable compétition aérienne de 10 000 kms, sur les traces d'hommes et de lieux qui font rêver: Pierre Georges Latécoère, Antoine de Saint-Exupéry… Jean Mermoz..., Toulouse, Casablanca, Agadir, Cap Juby... Port ' Etienne, est bien plus qu'une simple évocation historique, c'est avant tout une formidable aventure humaine: un rêve devenu réalité. Seul équipage féminin engagé sur ce 23ème rallye aérien, Martine et Catherine « Equipage Cigogne », nous font vivre de l'intérieur ce pèlerinage de haut vol sur les traces des pionniers de l'aéropostale. Elles sont parties de Toulouse pilotes et sont revenues de Saint ­Louis « Aviatrices », ultime hommage à ces pionniers de l'aviation. Un véritable périple, 5 pays survolés, où se mêlent passion du vol, amour de la vie, persévérance, enthousiasme, rigueur et Féminité.

Martine Gay

Extrait du prologue :

Devant mes yeux mi-clos, une image se dessine, se précise : «C'est un beau jour d'été, à Quand-plage, dans le Nord de la France. Je regarde le ciel et je vois de «drôles de machines» qui tractent des banderoles. À cet instant, au plus profond de mon coeur d'enfant de trois ans, je sais qu'un jour je volerai.»
Voler, n'est-ce pas l'un des plus vieux rêves de l'humanité ! Les années s'égrainent au rythme des saisons. J'ai dix ans lorsque je vole pour la première fois à bord d'un Stampe, la tête en plein vent, chapeautée d'un casque de cuir. Je suis un peu étourdie après l'atterrissage et en même temps je perçois une sensation de liberté.
Douze ans plus tard, à la Guadeloupe, je prends ma première leçon de pilotage, c'est un véritable cadeau qui me conforte dans la certitude qu'un jour je piloterai. Je dois dire qu'avant de voler de mes propres ailes, j'ai d'abord été «marin.» Débutant à l'école des Glénans, j'ai continué par le convoyage de bateaux et fini par la course au large, j'ai effectué récemment une traversée de l'Atlantique à bord d'un voilier de 14 mètres. Pour moi, la mer est un besoin et l'avion est une passion.
C'est pourquoi, après des études de psychomotricienne à Paris, diplôme en poche, je m'embarque à bord d'un long-courrier pour le Canada dans le cadre de la coopération culturelle. Avec les premiers deniers gagnés sur le sol canadien, je m'inscris immédiatement à l'aéroport de Québec pour prendre des cours de pilotage. Le froid et la neige ne m'arrêtent pas et la passion du vol me réchauffe. À Québec, mon instructeur de l'aéroclub du «Tapis rouge» me conseille de lire : Jonathan Livingston, le goéland de Richard Bach en me précisant : «C'est nécessaire à ton apprentissage, ensuite avec le temps tu comprendras bien des choses...» Depuis lors ce livre côtoie Le petit prince de Saint-Exupéry et ils restent tous deux à portée de main.