1

LIVRE DISPO SUR :

Guillemette DE BURE est la petite-fille de Marcel BOUILLOUX-LAFONT. Peintre de talent, passionnée par l’œuvre de son grand-père, elle a mené au fil des années des recherches très importantes, en France et en Amérique latine, pour mieux connaître l’Aéropostale et comprendre les événements qui ont jalonné l’histoire de la Ligne. À force de persévérance, elle a obtenu l’autorisation de consulter des archives souvent inédites, réunissant une documentation tout à fait exceptionnelle. Grâce à ces documents, elle a reconstitué pas à pas les succès, mais aussi les heurs et malheurs, de Marcel BOUILLOUX-LAFONT. Guillemette DE BURE, polyglotte accomplie, bénéficie d’une double nationalité : elle est tout à la fois française et chilienne. Elle réside à Paris et se rend fréquemment en Amérique Latine.

L’histoire de l’Aéropostale correspond à des moments forts de l’essor de l’aviation commerciale des années vingt et trente et de grands pionniers français de l’aviation commerciale. De nombreux ouvrages ont été consacrés à l’Aéropostale, reprenant de manières diverses des informations déjà connues ou entretenant des erreurs ou des approximations historiques, à défaut de recherches suffisantes.

Dans ce contexte, il n’est pas exagéré d’affirmer que le livre de Guillemette DE BURE fait figure d’événement. En effet, il est centré sur la personnalité de Marcel BOUILLOUX-LAFONT, homme d’affaires brillant installé en Amérique du Sud. Il construit des ports et des chemins de fer ou encore une bonne partie des nouveaux quartiers de Rio. En 1926, quand Pierre-Georges LATECOERE se heurte à de sérieuses difficultés qui mettent en cause la prolongation du réseau de l’Aéropostale, BOUILLOUX-LAFONT lui rachète la compagnie.

Il finance la construction d’une quinzaine d’aérodromes équipés de T.S.F. et de moyens de radio- goniométrie. Sous son impulsion, dès 1930, la Compagnie Générale Aéropostale dispose de 218 avions, 21 hydravions, 8 navires et exploite un réseau de 17000 km. Le 26 mai 1930, MERMOZ écrit à BOUILLOUX-LAFONT : « L’affection et le dévouement de nous tous vous est acquis ». Dès cette époque, les difficultés vont obscurcir cette belle réussite. Le krach de Wall Street et la révolution brésilienne d’octobre 1930, tout d’abord, les promesses non tenues des autorités françaises, ensuite, font fragiliser l’Aéropostale puis la conduire au dépôt de bilan.

Tout n’avait pas été dit sur cette affaire délicate teintée de scandales politico-financiers et d’intrigues. De plus, il restait beaucoup à découvrir sur la vraie personnalité de Marcel BOUILLOUX-LAFONT, mort, ruiné, en 1944. Ce livre retrace les moments les moins connus, les plus étonnants de l’Aéropostale. Au-delà de l’aviation, il constitue aussi un tableau des mœurs politiques de l’époque en même temps qu’une fresque historique tout à fait nouvelle.