Jean MERMOZ

 

Mermoz décoré de la croix de guerre des TOE et de la médaille du Levant "1924" Mermoz et sonfidèle mécanicien Collenot "1934" Devant l'Arc-en-Ciel avant le départ "1933"
 

 

Le 25 août 1930 à Paris, Mermoz et Gilberte

 

Né le 9 décembre 1901 à Aubenton dans l'Aisne, Il disparut au dessus de l'Atlantique le 7 décembre 1936 aux commandes de l'avion: « Croix du Sud ».
1920 : Le 26 juin 1920, Mermoz souscrit un engagement de 4 ans dans l'Armée. Sur les conseils de Max Delty, chanteur d'opérettes il opte pour l'Aviation. Après 4 mois de classe au Bourget, il est envoyé à Istres comme élève-pilote.
1921 : Le 29 janvier 1921, après deux tentatives infructueuses quelques jours auparavant, le soldat Mermoz passe les épreuves de brevet de pilote sur Caudron G3 (Brevet en date du 2 Février 1921)
En avril 1921, Mermoz est affecté comme Caporal à la 7e Escadrille du 11e Régiment de Bombardement basée à Metz-Frescaty.
1922 : Mermoz est affecté à Palmyre. Son Breguet XIV atterrit de force dans la montagne, pendant 4 jours, il marche dans la montagne et le désert.
1924 : Le 30 Juin 1924, après avoir totalisé 600 heures de vol, Mermoz est démobilisé. Pendant cette période de permission, Mermoz propose ses services à la plupart des Compagnies d'Aviation, constructeurs ou exploitants de lignes aériennes. En attendant une réponse favorable, il est contraint d'accepter divers petits emplois pour subvenir à ses besoins. Il entre ensuite chez
Latécoère en Septembre 1924, les six premières semaines sont consacré à demonter et remonter les moteurs et apprendre des trucs sur la voilure. Le 17 Octobre 1924, Jean entre en service actif, à l'essai. En novembre 1924, il est affecté à la ligne Toulouse-Barcelone.
1925 : Début 1925, il assure les convoyages sur Barcelone-Alicante. Fin 1925, Mermoz reçoit la médaille de l'Aéro-Club de France pour avoir effectué le plus grand nombre de kilomètre dans l'année : 120000 km en 800 heures de vol.
1926 : le 11 Novembre 1926, Mermoz sauve le pilote Ville, tombé en panne dans le désert alors qu'il était lui-même à la recherche de Gourp, Erable et Pintado qui périront tous les trois, victimes des Maures. Jean rejoint en Mars 1926 la ligne Casablanca-Dakar, parcours le plus mythique et le plus dangereux. Le 22 Mai 1926, Jean s'égare dans la brume et se pose au plus près de la côte avec comme compagnont un interprète Maure, Ataf. Jean est libéré contre une rançon de mille pesetas.
1927 : L'été 1927, Jean est distingué par la croix de la Légion d'honneur. Les 10 et 11 octobre 1927, vol sans escale de l'équipage Mermoz-Négrin de Toulouse à Saint Louis du Sénégal à bord d'un Laté 26. A la suite d'une avarie à l'atterrissage, le projet de traversée Saint-Louis-Natal est abandonné.
1928 : 16 Avril 1928, Mermoz effectue le premier vol de nuit sur le tronçon Buenos Aires-Rio. Il reçoit la grande médaille de vermeil de l'Aéro-Club de France et le diplôme de reconnaissance avec médaille d'argent de la Société d'Encouragement au progrès. Juin 1928, Jean Mermoz fait la connaissance à bahia de Gilberte Chazottes, sa future épouse.
1929 : 14 Juillet 1929, Ouverture officielle de la ligne des Andes par Mermoz et Guillaumet à bord d'un Potez 25.
Mars 1930, Mermoz s'initie au pilotage des hydravions. A la fin du mois il obtient la licence de pilote d'hydravion de transport public.
1930 : Les 11 et 12 Avril 1930, a bord d'un Laté 28-3, Mermoz, Dabry et Gimié battent les records du monde de durée et de distance en circuit fermé pour hydravions, soit 4 308 km en 30 h et 25 mn. Le 12 Mai 1930, Première liaison postale sur l'Atlantique Sud : Mermoz, Dabry et Gimié à bord du Laté 28-3 baptisé "Comte de La Vaulx" décollent de saint Louis. Le 13 Mai, amerrissage à Natal après avoir parcouru 3 173 km en 21 h et 10 mn de vol. Le record de distance en ligne droite pour hydravions est ainsi battu. Du 8 Juin au 8 Juillet, Mermoz essaie vainement de faire décoller le Laté 28-3, d'abord du Rio Potengui à Natal, puis de la lagune Bonfim, à 60 km au sud de Natal, pour le vol de retour. Après 52 essais infructueux, le 8 Juillet, il réussit enfin. A 900 m des côtes africaines, Mermoz est contraint de poser le "comte de La Vaulx" en pleine mer près du "Phocée", prévenu par radio, qui recueille équipage et courrier. le 23 Août 1930, Jean Mermoz épouse Gilberte Henriette Rose Chazottes à la mairie du 15e arrondissement de Paris.
1931 : 30 Mars - 2 Avril 1931, Paillard et Mermoz battent le record du monde de distance en circuit fermé, à Oran, sur le Bernard 80 en couvrant la distance de 8 960 km en 59 h et 14 mn.
1932 : 1er Juillet 1932, Mermoz est nommé pilote de 1re classe. Le 1er Août, il sera nommé inspecteur.
1933 : Mermoz effectue de nombreux vol en Amérique du Sud et au dessus de l'Atlantique Sud. C'est pendant cette année qu'il réalise les vols d'essais de "l'Arc en Ciel" et la première traversée de l'Atlantique Sud de Saint Louis à Natal soit 3 173 km en 14 h 32 mn.
1934 : Année de validation de "l'Arc en Ciel" après des mises au point commandées par Mermoz. Il réalise de nombreux vols de qualification de l'avion. C'est aussi l'année des premières conférences pour Mermoz sur ses exploits en tant que pilote de l'Aéropostale.
1934 : Le 4 Août 1934, Mermoz est fait commandeur de la Légion d'Honneur.
1935 : Le 15 Avril 1935, Mermoz est nommé Inspecteur Général d'Air France. 1er Août 1935, liaison Paris-Casa 2 287 km en 8 h 19 mn (311km/h). 29 Août 1935, liaison Dakar-Casa en 8 h 13 mn. 30 Août 1935, liaison Casa-Le Bourget en 7 h 00. 6 Septembre 1935, liaison Paris-Alger et retour en 8 h 39 mn soit une moyenne de 324 km/h.
1936 : 10 Février 1936, Disparition tragique du laté 301 "Ville de Buenos Aires" et de son équipage, dont Collenot, mécanicien fidèle de Mermoz. 2 Août 1936, Le trimoteur Wibault de Génin, chef pilote à Air France, percute la Montagne Noire. Mermoz descend le corps de Génin jusqu'au village le plus proche. 7 Décembre 1936, Dernier vol à bord du Laté 300 "Croix du Sud" et disparition de l'équipage: Mermoz,
Pichodou, Ezan, Lavidalie et Cruveilher. Le 30 Décembre 1936, Aux Invalides, discours de Pierre Cot, Ministre de l'Air, à la mémoire de Jean Mermoz et de ses compagnons.
A Casablanca, où il est revenu après sa libération "1926" Au pied d'un Breguet 14 "1926" Au balcon de la Nueva Pension, où il s'est installé le 14 janvier "1925" Couzinet et Mermoz en Argentine "1933"