1

Emile DEWOITINE

 

Industriel et ingénieur, le 5 juillet 1979, disparaissait, à l'âge de 87 ans Émile Dewoitine, homme de caractère, obstiné, industriel éclairé et technicien d'avant-garde. L'Aérospatiale lui doit ses origines et en particulier les installations de St-Eloi fort bien conçues. Il fut appuyé dans son action, successivement par Georges Latécoère, pour qui il réussit à produire 1000 avions entre juillet 1917 et novembre 1918 ; par Marc Birkigt président d'Hispano-Suiza avec lequel il créera la société Dewoitine; par Albert Caquot pour participer à la politique des prototypes en 1929 et pour lancer le chasseur D.520 ; par le général Arnold et Henry Ford, en 1940, lorsqu'il envisage aux États-Unis de produire des avions de chasse... Mais rappelé en France, il obtempère, sera interné, jugé acquitté et blanchi après deux jugements ! On lui conseille de remonter en zone occupée. Il est affecté à la SIPA avec des équipes de Toulouse qu'il sauve du service de travail obligatoire... Risquant en 1944 de se voir inquiéter à nouveau, il passe en Espagne et de là, en Argentine où il lance le" Pulky " premier avion à réaction de ce pays. Au terme de sa carrière d'industriel, Émile Dewoitine s'établira d'abord en Suisse avant de finir ses jours à Toulouse. En 1971, il sera reçu avec éclat par Bernard Dufour, directeur de « l'Aérospatiale " à Toulouse, auquel il devra un vol en" Concorde" le 30 octobre 1975. Émile Dewoitine aura sorti entre 1922 et 1940,35 types d'avions différents, mis au point par Marcel Doret. Il réalisa la première structure monocoque, prôna le chasseur monoplan, permit à la France de passer pour la première fois, le cap des 10 000 km en circuit fermé, sans ravitaillement, grâce au « Trait d'Union ", en 1931 et, à Air France, d'enrichir sa flotte de 30 trimoteurs D.332 sans compter les 905 D.520 sortis des usines Dewoitine.